Agriculture / nutrition : la BAD et la FAO vont mobiliser 100 millions de dollars

La Banque africaine de développement et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture vont intensifier leurs efforts en matière d’investissement dans le secteur agricole. Le but est de lutter efficacement contre la faim et la malnutrition et de stimuler la prospérité du continent. Les deux institutions vont mobiliser 100 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir leurs activités conjointes en ce sens.

L’investissement dans le secteur agricole est une priorité pour bon nombre de partenaires du continent africain. C’est le cas de la Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui ont conclu en début de semaine, une nouvelle alliance stratégique visant à intensifier leurs efforts dans le but de catalyser les investissements dans le secteur agricole en Afrique en vue de mettre un terme à la faim et à la malnutrition et de stimuler la prospérité du Continent. L’accord prévoit que les deux institutions internationales mobilisent plus de 100 millions de dollars sur cinq ans afin de soutenir les activités de partenariat conjointes. Il a pour objectifs, « d’améliorer la qualité et l’impact des investissements dans la sécurité alimentaire, la nutrition, la protection sociale, l’agriculture, la foresterie, les pêches et le développement rural ».

L’accord prévoit un programme d’action devant déboucher sur une série de résultats dont des investissements plus importants entre le secteur public et privé et inclut une aide technique visant à aider les Etats membres à concevoir et à mettre en œuvre des opérations de financement qui seront financées par la BAD, apprend-on du côté de la FAO. La source indique que cette aide couvrira divers domaines, dont l’intensification et la diversification de l’agriculture durable, la promotion des innovations tout au long de la chaîne de valeur et l’agriculture intelligente face au climat.

« La FAO et la BAD intensifient et approfondissent leur partenariat afin d’aider les pays africains à réaliser leurs objectifs de développement durable. Tirer profit des investissements effectués dans l’agriculture, et notamment de ceux émanant du secteur privé, est essentiel afin de sortir des millions de personnes de la pauvreté en Afrique et de s’assurer qu’une quantité suffisante de nourriture est produite et qu’il existe assez d’emplois pour faire face à la hausse de la population », a commenté José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO lors de la signature de l’accord avec Akinwumi Adesina, le Président de la BAD.

Feed Africa de la BAD
De son côté, le président de la BAD a indiqué que ce nouvel accord permettra de faire de l’agriculture, une source d’affaires. Il s’agit d’un concept déjà développé par la Banque dans sa stratégie « Feed Africa », a-t-il souligné.

« La signature de cet accord complémentaire est une étape importante dans la relation entre la Banque africaine de développement et la FAO. Elle marque notre engagement commun à accélérer la mise en œuvre de programmes de grande qualité et à améliorer les investissements issus des partenariats publics et privés dans le secteur agricole en Afrique. Cela nous aidera à faire de l’agriculture une source d’affaires, un concept par ailleurs développé dans la stratégie ”Feed Africa” de la Banque », a déclaré Adesina.

A noter que la stratégie « Feed Africa », lancée en 2015, vise à investir sur une période de 10 ans, près de 24 milliards de dollars dans l’agriculture africaine. Objectifs : améliorer les politiques agricoles, les marchés, les infrastructures et les institutions afin de s’assurer le bon développement des chaînes de valeur agricole et que de meilleures technologies soient disponibles pour pouvoir atteindre plusieurs milliers d’agriculteurs.
https://afrique.latribune.fr

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up