Agroindustrie : depuis Abidjan, la marocaine Diana Holding s’attaque au marché ouest-africain

Le géant marocain de l’agro-industrie, Diana Holding lorgne le marché ouest-africain. Présent en Côte d’Ivoire depuis près d’un an, le groupe a annoncé son intention d’investir massivement dans le but de conquérir le marché de la sous-région ouest-africaine.
Diana Holding ne cache pas ses ambitions d’expansion en Afrique. Le groupe agro-industriel a annoncé cette semaine qu’il envisageait des investissements massifs afin de se déployer en Afrique de l’ouest avec la Côte d’Ivoire comme ancrage.

« Le groupe a décidé d’investir le marché ouest-africain avec la Côte d’Ivoire et Abidjan comme encrage », a déclaré le responsable du groupe pour Afrique de l’ouest, Mohamed Dagdag.

Selon lui, cette ambition répond à un programme d’investissements importants et de diversification des activités tant au niveau national qu’international, auquel le groupe agro-industriel marocain s’est engagé.

« Nous avons diversifié nos activités dans le domaine agricole et dans l’industrie alimentaire, posant ainsi les fondations d’un groupe complètement intégré et en constante évolution », a confié Dagdag qui s’exprimait lors d’un cocktail de dégustation de vins la société à Abidjan.

C’était l’occasion de « réunir à Abidjan les décideurs politiques et économiques, les amateurs de vins, les cibles potentielles et tous ceux qui sont amoureux des produits marocains, notamment de ceux de Diana Holding » pour leur porter cet objectif, a rappelé Dagdag.

Présent depuis environ 1 an en Côte d’Ivoire, cette présence ouest-africaine de Diana Holding consistera, à déployer dans la sous-région son industrie et les métiers affiliés aux secteurs tels que l’emballage et la distribution, et à développer son offre de distribution de produits avicoles ainsi que la conserverie de poisson et les services aux entreprises.

Rappelons que Diana Holding est classé au 7ème rang des plus importants groupes privés au Maroc où il détient 85% du marché du vin. Son chiffre d’affaires est évalué à 3 milliards de dirhams soit environ 181,27 milliards de francs CFA.
https://afrique.latribune.fr

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up