Cinq choses à savoir sur la plus grande centrale photovoltaïque d’Afrique de l’Ouest

Depuis fin 2017, le Burkina Faso possède la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest. Un projet ambitieux ayant pour but de combler le déficit actuel en énergie l’obligeant à importer de l’électricité de pays tels que le Ghana et la Côte d’Ivoire. À l’horizon 2030, le pays espère couvrir 30% de ses besoins en électricité grâce au solaire.

C’est sur le site de Zagtouli, au sud-ouest de Ouagadougou, qu’est installée la plus grande centrale photovoltaïque d’Afrique de l’Ouest. Voici cinq choses à savoir la concernant :

Elle compte près de 130 000 panneaux
La centrale solaire est constituée de 129 600 panneaux de 260 watts produisant 33 mégawatts (MW) d’énergie sur une superficie de 60 hectares. En 2018, une deuxième phase doit permettre de porter les capacités à 50 MW.

Elle est issue d’un consortium franco-allemand
Construite par la société française d’ingénierie électrique Cegelec, filiale de Vinci Énergies, la centrale photovoltaïque dispose de panneaux solaires du fournisseur allemand SolarWorld. Son coût total s’élève à 47,5 millions d’euros, financé par l’Union européenne (25 millions d’euros) et l’Agence française de développement (AFD) (22,5 millions d’euros).

Elle rend le pays moins dépendant de ses voisins
Elle permet d’injecter chaque année 56 gigawatts, soit 5 % de la production actuelle issue des centrales à fioul, sur le réseau de la Société nationale d’électrification (Sonabel). De plus, à l’avenir, elle aidera le pays à limiter sa dépendance et à être moins impacté par les difficultés d’approvisionnement.

Elle fournit une électricité plus accessible
Grâce à des conditions de financement favorables, le rapport production thermique / prix du kWh encourage une baisse des prix. Avec des charges de fonctionnement et d’exploitation réduites, la centrale produira une électricité à un coût de 45 francs CFA (7 centimes d’euro) le kWh : un prix trois fois moins élevé que l’électricité produite dans les centrales thermiques.

La première pierre d’une politique tournée vers le solaire
La Sonabel, l’opérateur public du Burkina Faso, parie sur l’avenir avec cette centrale thermique. Elle évalue ses investissements à 1 000 milliards de francs CFA d’ici à 2020 afin de pallier le déficit énergétique du pays d’environ 100 mégawatts.

Misant sur un niveau d’ensoleillement très important, la Sonabel compte multiplier les projets de centrales, pour une capacité de génération totale de 260 mégawatts.

https://afrique.latribune.f

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up