Gestion intégrée des risques d’inondations dans la banlieue de Dakar : Un projet de près de 500 millions FCFA pour Pikine et Guédiawaye

Pour lutter contre les inondations en banlieue plus précisément à Pikine et Guédiawaye, un projet de près de 500 millions FCFA est lancé par Urbasen, une organisation œuvrant dans le développement de l’habitat social. Ce projet est dénommé : « Pikine irrégulier Nord-Guédiawaye » (Ping Giri), va durer 3 ans et seuls les habitants de ces localités seront bénéficiaires.
« Le projet s’appelle Ping, signifie Pikine irrégulier Nord et Guédiawaye Nord et Giri, gestion intégrée des risques d’inondations. Ce projet-là fait suite à d’autres actions que nous menions déjà dans la banlieue avec l’appui de l’agence française de développement (AFD). Nous avons mis en place ce projet pour intervenir au niveau de 6 communes de la banlieue mais avec une démarche toute nouvelle, ça c’est la philosophie de l’ONG Urbasen. Chaque fois que nous faisons une chose, nous faisons participer aux populations, nous les mettons au cœur du processus parce que tous les projets que nous ferons dans la banlieue, seront portés non pas par des ONG, ou par des mairies mais tous les projets seront portés par des populations, ce sont les populations qui iront identifier les projets et nous les appuyons pour la solution technique », a souligné M. Pape Ameth Keita, coordonnateur d’Urbasen en marge du lancement dudit projet.
D’après M. Keita, Urbasen a organisé les habitants de la banlieue et ils ont une grande fédération qui s’appelle fédération sénégalaise des habitants qui compte plus de 7000 membres qui font une épargne collective. Et c’est cette épargne collective et l’appui des bailleurs qui financent les projets.
Il estime que le projet tourne autour de 8000 euros et ils ont réalisé des toilettes familiales pour 90 familles.

 

 


Quant à M. Jean Marie Ily, coordonnateur des projets assainissement au Gret, il avance : « Le projet va couvrir ces quartiers de la banlieue qui sont impactés par les inondations. Donc , c’est un projet qu’on a développé avec notre partenaire Urbasen qui appuie la fédération sénégalaise des habitants qui est en fait une fédération de groupements de femmes qui fonctionnent comme des tontines pour l’habitat. Il travaille plusieurs années dans la banlieue pour financer les rénovations des maisons, l’amélioration des maisons des habitants de la banlieue parce que ce sont des gens qui n’ont pas accès aux crédits et qui n’ont pas de gros moyens. Les inondations dégradent leurs habitats ».
Il estime que le projet va financer une bonne partie des ouvrages mais les membres de la fédération sénégalaise des habitants et les collectivités locales vont aussi cofinancer ces investissements.
« Le coût du projet, c’est environ 500 millions, 850 000 euros. Donc, c’est petit pour un projet d’aménagement urbain comparé aux gros programmes du gouvernement sénégalais financés par la banque mondiale. La durée du projet, c’est 3 ans », dira-t-il.
Rappelons que le projet Ping-Giri va permettre de renforcer le fonds rotatif de rénovation urbaine pour l’adaptation de l’habitat aux risques d’inondations (prévention et réparations) dont le fonctionnement sera élargie au cofinancement de petits aménagements publics et de techniques .Et les zones cibles seront les quartiers irréguliers de la zone fortement exposée aux risques d’inondation. Les bénéficiaires du projet sont les habitants organisés des quartiers cibles, les partenaires publics et le secteur privé local (artisans-maçons).

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image