Hydrocarbures : le Cameroun relève les droits de transit du pétrole tchadien par son pipeline

Le Comité de pilotage et de suivi des pipelines au Cameroun a annoncé une hausse du droit de transit du pétrole tchadien via le territoire camerounais. Ce droit est passé de 1,30 dollar à 1,32106 dollar par baril depuis le 1er octobre dernier, et restera ainsi jusqu’au 30 septembre 2023.

Depuis le 1er octobre dernier, le Tchad ne paie plus au Cameroun la même redevance pour chaque baril de pétrole tchadien qui transit par les pipelines camerounais. Selon un communiqué récemment rendu public par le Comité de pilotage et de suivi des pipelines (CPSP), ce taux a subi une augmentation légère augmentation unitaire passant de 1,30 à 1,32106 dollar par baril, soit un renchérissement de 1,62%. Le communiqué indique qu’avec le nouveau montant, ce taux est appliqué sur les quantités de pétrole brut enlevées au terminal de Komé-Kribi depuis le 1er octobre, et ce jusqu’au 30 septembre 2023, date à laquelle il pourra de nouveau être réactualisé. Grâce à cette décision, le Cameroun pourra augmenter considérablement ses recettes, proportionnellement aux recettes transitant par ses tuyaux.

24 milliards de francs CFA engrangés entre janvier et octobre 2018
En effet, les infrastructures camerounaises sont stratégiques pour la production d’hydrocarbures tchadienne. Ne disposant pas des infrastructures nécessaires pour convoyer son pétrole aux fins d’exportations, le Tchad est obligé de passer par le Cameroun. Ce qui a amené à la construction du pipeline Tchad-Cameroun (1080 km dont 900 au Cameroun). Selon les sources officielles, sur les 10 premiers mois de cette année, cet oléoduc a permis au Cameroun au titre de ce droit de transit, de faire des recettes de l’ordre de 24 milliards de francs CFA pour un volume de 33,90 millions de barils de pétrole qui ont transité. Un an plus tôt, à la même période, le Cameroun a gagné 22,94 milliards de francs CFA pour un volume de 30,05 millions de barils qui ont transité par le pipeline.

A Yaoundé, on espère même que ce volume augmente vite pour engranger plus de recettes. Présentant les perspectives de son institution, Johnny Malec, le directeur général de Cameroon oil transportation company (COTCO) à l’occasion des 15 ans de pipeline Tchad-Cameroun en novembre dernier, a déclaré : « à l’horizon 2022, nous espérons que les volumes qui sont transportés dans le pipeline vont être multipliés par deux ». Il a rappelé que l’infrastructure dispose d’une « capacité opérationnelle » de 225.000 barils par jour et a déjà permis depuis sa mise en service de transporter 680 millions de barils de pétrole brut tchadien.
https://afrique.latribune.fr

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up