Industrie cacaoyère : une délégation néerlandaise en prospection à Abidjan et Accra

Une importante délégation de l’industrie cacaoyère des Pays-Bas est en visite depuis le 11 mars dernier en Afrique de l’Ouest. Après un séjour en Côte d’Ivoire les 11 et 12 mars, la délégation sera au Ghana jusqu’au 15 mars. Ce voyage d’affaires vise à identifier de nouvelles connexions et opportunités commerciales dans le marché cacaoyer de ces deux pays.
Un mois seulement après la visite en Afrique de l’Ouest du vice-Premier ministre néerlandais et ministre de l’Agriculture Carola Schouten, une autre mission de représentants de l’industrie cacaoyère d’Amsterdam et de Zaanstad est en déplacement depuis le 11 mars dernier en Côte d’Ivoire et au Ghana. Selon l’ambassade des Pays-Bas en Côte d’Ivoire, la mission vise à identifier de nouvelles connexions et opportunités commerciales, de promouvoir le développement durable de la filière cacaoyère, de renforcer la communauté du cacao et de consolider le positionnement du pôle Amsterdam/Zaanstad en tant que partenaire à part entière des Ivoiriens et Ghanéens dans le commerce et le développement.

La délégation néerlandaise comprend des représentants de la province Noord Holland, des autorités municipales d’Amsterdam et de Zaanstad, du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, des entreprises, des ports, etc. Elle tentera de saisir de manière approfondie les ambitions et les besoins des deux pays producteurs de cacao et évoquera avec leurs autorités la manière par laquelle le pôle cacao d’Amsterdam/Zaanstad pourrait renforcer davantage les relations bilatérales.
Une croissance à 8% et une inflation à-1%
Les 11 au 12 mars en Côte d’Ivoire, la délégation néerlandaise a visité des coopératives agricoles du pays et le port de San Pedro. Elle a également échangé avec les autorités sur les opportunités commerciales que présente le pays. «Depuis la fin de la crise post-électorale, la Côte d’Ivoire affiche une croissance qui oscille entre 7% et 8%. Nous avons une inflation maîtrisée de -1% et un déficit budgétaire qui varie entre 3 et 4%», a déclaré le secrétaire d’État ivoirien en charge du Budget, Moussa Sanogo.
«Les producteurs ivoiriens et ghanéens sont nos partenaires et nous sommes impatients de renforcer ce partenariat. Le regroupement de nos forces au sein de nos clusters et entre ceux-ci est, à notre avis, la base d’un commerce de cacao durable qui continuera à apporter une grande valeur à l’avenir en Côte d’Ivoire, à Amsterdam et à Zaanstad», a pour sa part déclaré la cheffe de la délégation des Pays-Bas, Elisabeth Post, député de la province de Noord-Holland (province de Hollande du Nord) pour les Finances, la mobilité et les ports de mer.
https://afrique.latribune.fr

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image