La pêche illégale non déclarée (INN) : Une opération bien orchestrée pour mieux mener le peuple en bateau

La pêche illégale non déclarée (INN) très loin d’être sincère, une opération bien orchestrée pour mieux mener le peuple en bateau, une histoire qui ne verra jamais le jour, un simple slogan.
La pêche illégale non déclarée est une vraie tromperie, une histoire bien réfléchie, créée de toute pièce pour mieux asseoir le pillage de nos ressources halieutiques. Quel est ce produit halieutique déclaré Illégal, saisi ou interdit d’accès en Europe?
Je parle pour mon pays le Sénégal où ça en est vraiment un comble. Le cas du Sénégal est spécial, unique dans le monde. Tous les produits halieutiques pêchés au Sénégal, sont des produits, je dis bien INN et tous prennent la direction de l’Europe où ils sont acceptés comme des produits légaux. Tous ces combattants de la pêche illégale, n’ignorent rien de ce qui passe dans le secteur de la pêche au Sénégal où ils règnent en maîtres. Ils nous imposent toutes les pratiques de pêche les plus horribles et décident à la place de ceux qui devaient le faire au Sénégal. Un calendrier est établi pour le repos biologique qui est obligatoire pour la gestion de nos ressources halieutiques. Ils passent outre ce calendrier pour imposer le leur et ça passe naturellement. Voilà comment on nous montre du respect. C’est seulement au Sénégal que c’est accepté. Le risque est très grand et proche de voir la mer sénégalaise sans poissons. À vous les plus grands défenseurs de la pêche illégale, comment appelle-t-on les produits halieutiques pêchés pendant la période du repos biologique? Un calendrier pour un repos biologique établi par des scientifiques sénégalais n’a jamais été effectif au Sénégal. Des bateaux revêtus, dépourvus de documents, des bateaux sans surveillants sénégalais à bord pour apporter des données fiables et pour faire l’évaluation du stock si jamais il nous en reste du stock à cause des rejets énormes effectués par ces navires qui ne sont pas en règle. Ils étaient tous destinés à là casse, les navires qui constituent la flotte de cette coopération créée de toute pièce pour régulariser une grosse fraude sur les espèces profondes. En lieu et place d’être punie, elle est légalisée par un accord, une fraude qui est là depuis deux mille six (2006) et qui a toujours mené nos ressources en destination de l’Europe. Elle n’a jamais été déclarée INN et ce n’est pas n’importe quels produits halieutiques, les produits ciblés le sont pour leurs très fortes valeurs marchandes. Cette pêche illégale cause beaucoup de dégâts avec un taux de rejets en mer très important pour la ressource. À vos machines pour vous rendre compte de la mascarade : pour le nombre de bateaux qui pêchent au Sénégal, prenons environ cent vingt navires pour quarante-cinq jours de mer. Chaque navire ramène à bord trois tonnes de cette ressource.
Il est prélevé cinq cent kilos et le reste on le remet à l’eau. On répète l’opération cinq fois dans la journée. Faites le point pour avoir une idée du travail ignoble et très malsain qui se pratique dans les eaux sous juridiction sénégalaise. À vous les défenseurs de la pêche Illégale (INN), comment on appellera cette pêche? Vous me direz qu’elle est acceptée par la législation sénégalaise de pêche avec ce soit disant accord de pêche ou coopération. Ce n’est pas sérieux, une grosse arnaque voilà ce qu’il en est et c’est nous le peuple qui payons. Nous sommes malheureusement le seul pays (Sénégal) qui n’a toujours pas compris que c’est le plus mauvais slogan qu’on nous offre. Tous les autres ont dit non à ces tromperies sauf le Sénégal où ces messieurs qui je le répète encore ne sont pas en règle et ne le seront jamais, tiennent les reines du pouvoir dans le secteur de la pêche. Ils obtiennent tout ce qu’ils veulent. La preuve en est le repos biologique qui est ramené à un (1) mois. C’est très grave et inadmissible. Voilà la situation insoutenable dont souffre le secteur de la pêche au Sénégal. Nous demandons que le calendrier du repos biologique établi par les scientifiques sénégalais soit publié. Les sénégalais veulent connaître les réalités autour de ce patrimoine national.

Alassane Bâ secrétaire général des défenseurs de la mer
Email alexendreba320@gmai.com

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up