Qui est Makhtar Diop, nouveau patron Infrastructures à la Banque mondiale ?

Nouveau réaménagement au niveau du top management de la Banque mondiale. L’institution de Brettons Woods vient de nommer le Sénégalais Makhtar Diop, vice-président pour les Infrastructures. Un poste assez stratégique pour le Continent. Portrait.

Makhtar Diop est désormais vice-président pour les infrastructures de la Banque mondiale, annonce l’institution dans un communiqué de presse fraîchement rendu public. Un poste stratégique nouvellement créé qui englobera le développement du transport et du digital, énergie et extractifs, financement des infrastructures et partenariats public-privé (PPP), précise la note de la Banque.

Véritable monument intellectuel, Makhtar Diop cumule une trentaine d’années d’expérience dans les domaines de la finance, de l’économie et des infrastructures. Diplômé en finance de l’Ecole supérieure des sciences commerciales appliquées de Paris et en économie de l’Université de Warwick, l’homme débute sa carrière dans les années 1980 en tant qu’analyste financier dans le secteur bancaire.

Repéré une décennie plus tard par le Fonds monétaire international (FMI), il y entre en tant qu’économiste. En avril 2000, Moustapha Niasse, alors Premier ministre du Sénégal, l’appelle pour intégrer son second gouvernement et lui confie le ministère de l’Economie et des finances. C’est après cette fructueuse expérience gouvernementale que débute en 2001 son aventure dans les rangs la Banque mondiale.

L’Afrique certainement au cœur de son agenda

Ce natif de Dakar en début d’été 1960 est aujourd’hui à son sixième poste de responsabilité au sein de l’institution de Bretton Woods. Entré directement directeur des opérations pour le compte du Kenya, de la Somalie et de l’Érythrée, il chapeaute le secteur Finance et le secteur Privé et Infrastructures pour l’Amérique latine et les Caraïbes, puis les opérations et la stratégie pour la même région.

Après un focus de deux ans sur le Brésil, il passe en 2012 vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, devenant ainsi le premier Africain francophone à occuper ce poste. Il tenait les manettes d’un portefeuille de plus de 600 projets dans lesquels la Banque était engagée à travers le Continent, pour un budget de 65 milliards de dollars.
La nomination de Makhtar Diop prendra effet le 1er juillet prochain.

A la vice-présidence pour les infrastructures de la Banque mondiale, sa mission consistera à superviser les activités de l’institution, notamment en matière de financement des infrastructures. Il devra également manager les efforts de développement de solutions durables et aider à combler le déficit en infrastructures dans les économies émergentes et en développement. C’est dire le caractère stratégique de ce poste pour l’Afrique à un moment où le développement des infrastructures -un des principaux défis de la croissance du Continent- figure en tête des priorités des gouvernements africains.
(Source : https://afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Scroll Up