Un communiqué renseigne que la Chambre africaine de l’énergie  a conclu sa visite de travail à Dakar en insistant que le contenu local et les politiques de marché façonneront les investissements énergétiques au Sénégal.

D’après la source, la délégation de la Chambre africaine de l’énergie a plaidé pour le contenu local en tant que pilier des efforts de durabilité de l’industrie.
« Les premiers projets pétroliers et gaziers du Sénégal étant en cours de développement et leur première production étant, attendue dans les deux ans, la Chambre africaine de l’énergie a effectué cette semaine une visite de travail à Dakar pour promouvoir les investissements dans le pays et soutenir le développement du contenu local et le renforcement des capacités », souligne-t-on dans le communiqué.

Dirigée par le président NJ Ayuk, la délégation de la Chambre africaine de l’énergie a plaidé pour le contenu local en tant que pilier des efforts de durabilité de l’industrie et a offert tout son soutien pour continuer à pousser et à financer les initiatives du Sénégal pour renforcer les capacités et former une nouvelle génération de travailleurs et gestionnaires sénégalais du pétrole et du gaz. « Les compagnies pétrolières ont une capacité inégalée et une responsabilité profonde de soutenir la vision audacieuse de S.E. Macky Sall pour façonner une économie qui fonctionne pour tous les Sénégalais et préserve leurs libertés », a déclaré NJ Ayuk.

L’équipe a rencontré M. Macky Sall, président de la République du Sénégal ; M Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et des Energies ; Ousmane Ndiaye, Secrétaire permanent du COS-Petrogaz; Aguibou Ba, Directeur général de l’Institut national du Pétrole et du Gaz (INPG) et la majorité des opérateurs pétroliers et gaziers et des sociétés de services.

« Plus proche que jamais de devenir un grand producteur de pétrole et de gaz, l’histoire du Sénégal est inspirante. Et, en tant que point chaud pour le développement du pétrole et du gaz, il est tout à fait approprié que la nation cimente des cadres sur le contenu local axés sur le marché qui sont enracinés dans le renforcement des capacités et sont motivés par la détermination à transformer les pratiques dans le secteur de l’énergie », a déclaré Nj Ayuk. « C’est pourquoi des initiatives telles que l’INPG sont importantes pour garantir que les revenus de l’industrie profitent à l’État tout en garantissant des emplois aux citoyens. L’INPG est un véritable contrat social réunissant les secteurs privé et public pour planifier un avenir prospère pour le Sénégal », a-t-il ajouté.

La visite de travail de la Chambre a coïncidé avec celle du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, au cours de laquelle la société d’État SENELEC et la société américaine GE ont signé un accord pour le développement de 300 MW de capacité de production d’électricité au gaz, la modernisation des centrales électriques sénégalaises et la création d’un centre de maintenance au Sénégal. Conformément aux intérêts des États-Unis d’intensifier leur coopération avec l’Afrique, la Chambre a réitéré l’appel de l’industrie en faveur d’une amélioration continue de l’environnement des affaires pour les investisseurs étrangers.

« Le président Trump envoyant le secrétaire d’État Pompeo et des entreprises américaines au Sénégal est une décision brillante. Les entreprises américaines comprennent qu’investir au Sénégal est une bonne affaire et une stratégie d’entreprise durable. Le gouvernement du Président Macky Sall s’est appuyé sur des tendances positives pour maximiser les investissements étrangers. Cela comprend un engagement envers la transparence, l’amélioration de la sûreté et de la sécurité, le renforcement de l’environnement macroéconomique, l’investissement dans une éducation de qualité et le développement des compétences dans les domaines des sciences, de la technologie et de l’innovation, et la prévention de la maladie hollandaise », a ajouté Ayuk.

L’année dernière, la Chambre africaine de l’énergie et le Centurion Law Group avaient organisé un Forum sur le contenu local au Sénégal, attirant l’attention sur le développement du contenu local dans le pays. La visite en cours sert de suivi et de démonstration de l’engagement continu de la Chambre en faveur de la croissance et du développement des économies africaines en veillant à ce que les ressources naturelles de l’Afrique profitent en premier lieu aux Africains.

« L’émergence du Sénégal en tant qu’acteur clé de l’industrie pétrolière et gazière a été remarquable et, à mesure que cette croissance continue d’augmenter, il est important que les communautés locales aient une place à la table des négociations. Il est également important que nous continuions à créer un environnement propice pour les investisseurs et le secteur pétrolier. La réduction des formalités administratives inutiles et l’approbation rapide des projets donneront un coup de pouce aux opérateurs énergétiques », a déclaré NJ Ayuk. « Ceci, cependant, est un objectif qui ne peut être atteint que grâce à la collaboration du secteur privé et public. Le contenu local est une création de valeur et il est important que le Sénégal mette en place des politiques et des cadres qui permettront à sa population de bénéficier de son industrie des hydrocarbures », a-t-il ajouté.

Le mois dernier, Woodside Energy a obtenu le feu vert pour son projet pétrolier de Sangomar de 4,2 milliards de dollars, le premier projet pétrolier offshore du Sénégal où la première production est attendue en 2023, avec une capacité pouvant atteindre 100 000 b / j. Le concept de développement de la phase 1 pour le champ de Sangomar est une installation FPSO autonome avec une infrastructure sous-marine. Pendant ce temps, les travaux se poursuivent sur le projet de Grand Tortue Ahmeyim FLNG, dont la phase 1 verra la mise en service d’une installation de 2,5 mtpa d’ici 2022. Ce mois-ci, Kosmos Energy, BP, Petrosen et SMHPM ont signé un accord avec BP Gas Marketing pour la fourniture de 2,45 mtpa de GNL sur 20 ans.

Le bassin MSGBC est devenu la frontière d’exploration la plus chaude de l’Afrique subsaharienne. Le Sénégal organise actuellement un cycle d’octroi de licences pour attirer davantage d’investissements dans ses superficies et augmenter les réserves existantes. Le cycle devrait susciter un énorme intérêt de la part des investisseurs étrangers et confirmer davantage le Sénégal en tant que nouveau leader africain de l’énergie. À propos de la Chambre africaine de l’énergie :
La Chambre africaine de l’énergie travaille avec des entreprises africaines à travers le continent pour optimiser leur portée et leurs réseaux. Nos partenariats avec des dignitaires internationaux, des dirigeants et des entreprises permettent de fournir des services pertinents à d’autres entités internationales souhaitant opérer sur le continent.

La Chambre africaine de l’énergie rassemble les gouvernements et les entreprises crédibles désireux de poursuivre la croissance du secteur de l’énergie en Afrique conformément aux meilleures pratiques commerciales internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici