Nous constatons une descente aux enfers des indices boursiers mondiaux  pour ce lundi 09 mars 2020 due, en grande partie, aux effets collatéraux du Covid19.  Au plan interne, force est de constater que le 1er trimestre de cette année débute par une morosité de l’activité économique et une baisse alarmante des recettes fiscales et douanières principales sources de financement du budget 2020 du Sénégal estimé à 4.215,15 milliards de F CFA.  

Mais ne soyons pas surpris d’un éventuel ralentissement du volume des aides au développement et un retard considérable dans l’exécution des projets financés par la chine, l’Italie, la France et les partenaires techniques et financiers.

La souffrance du secteur informel due au Covid19 peut entrainer un renchérissement  des prix de certains produits importés de la Chine, de l’Italie et surtout de la France par le biais des lois du marché (la demande et l’offre).  Tous ces facteurs risquent d’entrainer dans le futur une dégradation du déficit commercial, un ralentissement de la productivité, par conséquent une baisse, d’au moins, de 2 points du taux de croissance de 2020 planifié à 7%.

L’Etat  gagnerait donc à initier une politique d’austérité budgétaire dès maintenant afin de faire face à ces différents manquements économiques qui pourront hypothéquer les objectifs du PAP2 du PSE.

Covid19 peut être considéré comme un virus économique mondial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Entrez Captcha ici : *

Reload Image