LEGS Africa, dans le cadre de ses rencontres « Perspectives Africaines »,  a organisé une conférence dont le  thème porte sur « Monnaie, banques, financement du développement et Souveraineté démocratique : Les enjeux des réformes du franc CFA ». Les panelistes ont   échangé sur les enjeux des réformes du F CFA tout en exigeant l’élargissement du débat concernant la monnaie.

« En ce qui concerne les réformes du F CFA qui ont été annoncées  le 21 décembre dernier par le président Ouattara en  présence du président Macron, que les chefs d’Etat  aussi, membre de la  CEDEAO qui, lors de la réunion, qui l’assemblée du 19 juin 2019, avaient annoncé  l’entrée en vigueur de l’Eco qui est une future monnaie en Afrique de l’Ouest  et l’espace CEDEAO. Donc également, c’est  parce que nous  sommes membres d’un collectif de plus de 50 intellectuels africains aussi bien du continent et de la Diaspora  qui avons publié une déclaration  le 6 janvier  de cette année  sur ces réformes et dans cette déclaration,  nous avions dit que , il n’y a pas eu suffisamment de débat surtout au niveau des peuples  sur la question . Que les chefs d’Etat prennent des décisions sans discuter avec  leur peuple. Ici au Sénégal, on n’a jamais entendu  l’Etat du Sénégal initier une discussion, des débats sur  les réformes  qui sont cours sur le F CFA, nous avions  tous appris  la nouvelle venue du Président Ouattara et Macron. Nous avions dit que, il faut que ce débat ait lieu  parce que la question de la monnaie n’est pas seulement une question technique », dixit M. Elimane Kane coordonnateur de Legs-Africa.

Selon le coordonnateur de Legs-Africa, la question de la monnaie,  c’est d’abord politique, c’est une décision politique fondamentale, de souveraineté qu’un Etat doit prendre pour bien s’occuper de son économie. Il estime que la création de la monnaie doit être l’apanage d’un Etat. Et un Etat doit maîtriser sa politique monétaire et décider soi –même  de cette création de monnaie en fonction de ses besoins et de ses politiques économiques.

« L’Eco, c’est une monnaie  que la CEDEAO a décidé d’avoir  elle-même. Donc sur cette base, on peut dire que la CEDEAO peut reprendre sa souveraineté  mais la souveraineté dépendra de l’organisation de cette monnaie parce que c’est pour cela que ça fait polémique. La sortie d’Alassane Ouattara et d’Emmanuel Macron  est en déphasage avec ce qui a été décidé au niveau de la CEDEAO », renchérit M. Elimane Kane.

Dr Ndongo Samba SYLLA, économiste a précisé que « La souveraineté monétaire, pourquoi, c’est important, si vous voulez avoir votre indépendance nationale comme une nation, vous devez avoir votre monnaie. La souveraineté, tout court, c’est d’abord la souveraineté monétaire, si vous n’avez pas la souveraineté, on ne pourrait pas vous considérer comme un Etat. La souveraineté monétaire est plus importante que la souveraineté territoriale .Les pays de la zone CFA, sont des pays usagers de monnaie, ils n’émettent pas leur propre monnaie nationale. Un Etat qui émet sa propre monnaie, ne peut pas être à cours de ressources. Quand, vous etes un Etat souverain, vous ne pouvez pas avoir une contrainte financière dans votre propre monnaie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Entrez Captcha ici : *

Reload Image