Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, M. Moussa Baldé, et le Représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et agriculture (FAO), M. Gouantoueu Robert Guei, ont procédé au lancement de l’initiative « Le panier de la ménagère ». Cette initiative entre dans le cadre de son plan de réponse au COVID-19 de la FAO en appui au Gouvernement du Sénégal dans la lutte contre cette pandémie.

Rappelons que la FAO, en partenariat avec l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a lancé cette initiative qui est un pont entre les producteurs qui n’arrivent pas à écouler leurs produits alimentaires et les ménages qui sont en situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il faut noter que les trois organisations ont mobilisé Près de 450 millions de FCFA pour cette opération. Le panier de la ménagère, composé de produits alimentaires diversifiés nutritifs sains et provenant de la production locale, permettra de : fournir un revenu de vente de produits alimentaires à près de 5800 producteurs , permettre, concomitamment ,  à près de 3400 ménages vulnérables prenant en charge au moins 5000 enfants vulnérables de 0-5 ans , de recevoir le panier qui consistera, en fonction de la zone ciblée, en une association de céréales (riz ou mil), des produits carnés (volailles, œufs), ou des produits halieutiques transformés (kétiakh), des produits maraichers (oignons, pomme de terre, carottes, choux).

Le Représentant de la FAO au Sénégal, M. Gouantoueu Robert Guei, a tenu à préciser que la pandémie du COVID-19 représente un défi sans précédent avec des conséquences sanitaires, sociales et économiques considérables et notamment des répercussions importantes sur la sécurité alimentaire et la nutrition.

Il estime que la pandémie induit des discontinuités dans l’ensemble du système alimentaire : de la production à la consommation en passant par le marché à travers les restrictions dans la mobilité, dans les regroupements et marchés. Et toutes choses qui perturbent les services logistiques, le travail agricole, compromet la chaine alimentaire tant dans la disponibilité que l’accessibilité à la nourriture et fait payer un lourd tribut aux producteurs agricoles familiaux qui constituent la dominante dans notre sous-région.

M. Gouantoueu Robert Guei rajoute : « Beaucoup de producteurs sont rendus vulnérables par des difficultés d’écouler leurs productions du fait des restrictions sur les regroupements et la mobilité qui affectent l’organisation de marchés.  Près d’1 million de poulets, près de 18 000 tonnes de produits maraichers composés d’oignons (13 000 tonnes), de pomme de terre (4 000 tonnes), de choux (550 tonnes) et de carotte (566 tonnes) sont en souffrance du fait des difficultés d’accès aux marchés.  Près de 1200 femmes transformatrices de lait n’arrivent plus à accéder à leur clientèle habituelle. Les femmes productrices de riz ont besoin d’un accompagnement dans la commercialisation ».

Selon le Représentant de la FAO au Sénégal, leurs trois organisations ont mobilisé Près de 400 millions de FCFA pour cette opération tout en appelant nos différents partenaires à se joindre à l’initiative.

« Nous permettrons, grâce à cette initiative de :fournir un revenu de vente de produits alimentaires à près de 5800 producteurs, permettre, concomitamment,  à près de 3400 ménages vulnérables prenant en charge au moins 5000 enfants vulnérables de 0-5 ans,  de recevoir le panier qui consistera, en fonction de la zone ciblée, en une association de céréales (riz ou mil), des produits carnés (volailles, œufs), ou des produits halieutiques transformés (kétiakh), des produits maraichers (oignons, pomme de terre, carottes, choux) », martèle le représentant de la FAO.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, M. Moussa Baldé, estime que la FAO, ONUFEMMES et UNFPA, Unis dans l’Action, ont décidé de contribuer pour près de 450 millions F CFA pour porter assistance aux enfants, aux femmes et aux jeunes qui sont les principales cibles de cette belle initiative conjointe.

Le ministre de l’Agriculture rajoute : « Le panier de la ménagère » vise aussi à protéger la production locale et à faciliter l’écoulement des récoltes. Il permettra de renforcer l’accessibilité à un régime alimentaire varié et diversifié et d’améliorer l’état nutritionnel de 300 000 personnes, environ 37 500 ménages vulnérables. Cette Initiative entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan de réponse des Nations Unies et a pour objectif de protéger les chaines d’approvisionnement alimentaire et les producteurs locaux particulièrement les femmes et les jeunes afin d’apporter une assistance alimentaire aux ménages sénégalais qui pourraient être plus touchés par un confinement général de la population dans ce contexte de pandémie. L’initiative vise à contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables situés en zones rurale, urbaine et périurbaine et affectés par l’impact du confinement ».

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Entrez Captcha ici : *

Reload Image