D’après le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel, la production céréalière des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine pour la campagne 2017-2018 s’est établie à 28,6 millions de tonnes, soit une légère augmentation par rapport à la campagne précédente.
La campagne céréalière 2017-2018 a enregistré de meilleurs rendements par rapport à la campagne précédente. Selon les données du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), la production céréalière des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) s’est établie durant la période 2017-2018 à 28,6 millions de tonnes, soit une augmentation de 2,8 % équivalent à 730 000 tonnes par rapport à la campagne 2016-2017 qui a connu une production de 27,9 millions de tonnes.
Cette bonne performance s’explique par des conditions climatiques globalement favorables dans la sous-région. Elle est notamment portée par le Mali qui a enregistré la plus grande production céréalière dans l’espace UEMOA avec 9,5 millions de tonnes. Il est suivi par le Niger (5,8 millions), le Burkina Faso (4 millions) et la Côte d’Ivoire (3,3 millions). Ces quatre premiers pays sont suivis par le Sénégal qui a enregistré une production de 2,5 millions de tonnes et le Bénin avec 1,8 million de tonnes. Le Togo et la Guinée Bissau viennent en dernière position, avec respectivement 1,3 million et de 210 100 tonnes.
https://afrique.latribune.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Entrez Captcha ici : *

Reload Image