Côte d’Ivoire : une croissance à 7,5% attendue en 2019 portée par les services et les exportations agricoles

La Côte d’Ivoire qui a enregistré un taux de croissance soutenu de 8,6% en moyenne depuis sa sortie de crise en 2011, prévoit une hausse de 7,5% de son PIB en 2019. Une dynamique portée essentiellement par les services et les exportations agricoles, alors que le pays hésite encore sur sa stratégie définitive de financement de son budget 2019.

Pour l’année 2019, la Côte d’Ivoire s’attend à une croissance économique de 7,5% presque identique aux prévisions du Fonds monétaire international (FMI) à 7,4%. Les chiffres proviennent du ministère de l’économie et des finances dirigé par Adama Koné. Cette performance fait du pays l’une des économies les plus attractives du monde dans un contexte où le taux de croissance moyen est de 3,6% contre 6% dans la sous-région ouest-africaine.

Une croissance ivoirienne tirée par le tertiaire et le cacao
Seul pays de la région UEMOA avec une balance commerciale excédentaire, l’économie ivoirienne est principalement portée par les secteurs financiers et les télécommunications mais aussi par les investissements directs étrangers (IDE) et des exportations notamment agricoles, plus précisément de cacao. Au cours de l’année dernière, la Côte d’ivoire a engrangé 389,8 milliards de Francs CFA soit 663,46 millions de dollars de recettes de cacao. Le pays espère récolter en 2019 la somme de 402,1 milliards de francs CFA soit 684,42 millions de dollars de recettes d’exportations de cacao.

Depuis la fin de la crise politique qui a tenu le pays en otage pendant plus d’une décennie, la Côte d’Ivoire a réalisé un bon spectaculaire. Sur une période de 7 ans, le budget de fonctionnement de l’Etat a doublé passant de 5,6 milliards de dollars à 12,48 milliards de dollars, avec une hausse conséquente des investissements sociaux passés de 1,8 milliard de dollars à 4,2 milliards de dollars, selon les chiffres du ministère de l’économie et des finances. Pour boucler son budget 2019, le pays compte s’endetter à hauteur de 2,4 milliards de dollars sur les marchés régions, notamment de la BRVM mais aussi internationaux avec une souscription en enrobonds comme option. Ceci montre quelques atermoiements sur la stratégie d’endettement du pays qui a annoncé en 2019 une stratégie pour épurer sa dette intérieure.

Épurer la dette intérieure ivoirienne
La dette intérieure d’un montant de 2,2 milliards de francs CFA a été payée à 10.170 fournisseurs dans le cadre de l’apurement de la dette intérieure. Selon le Ministre de l’économie et des finances du pays Adama Koné qui s’est exprimé dans les colonnes de l’agence de l’agence presse ivoirienne :

« Le système, mis en place pour l’apurement de la dette, est complètement transparent et se fait par virement bancaire, tous les trois mois ».

L’initiative qui vise à terme de ramener ces délais de paiement à 60 jours s’inscrit dans le cadre du Programme social du gouvernement (PS-Gouv. 2019/2020). Il s’agit d’aménagements instaurés par le gouvernement pour accélérer l’acquisition des biens et des services ainsi que la réalisation des activités et des infrastructures prévues dans le plan PSGouv.

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image