La Banque de développement de l’Afrique centrale a ouvert une ligne de crédit pour le financement des projets communautaires au profit des pays de la sous-région.

Le financement des projets intégrateurs au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) préoccupe la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) qui met un accent à la promotion des projets intégrateurs dans l’optique de renforcer l’intégration régionale.

C’est dans ce cadre que le Conseil d’administration de la BDEAC a approuvé en décembre dernier, un financement de 126 milliards de F CFA en faveur du Cameroun, du Congo, du Gabon et de la Guinée Équatoriale.

Des fonds principalement destinés à la réalisation, la réhabilitation et la modernisation des infrastructures dans les secteurs agropastoral, agro-industriel, énergétique, des logements sociaux et de la microfinance.

« Leur mise en œuvre va contribuer non seulement à améliorer significativement la qualité de vie des populations, mais concourir également au renforcement de l’intégration régionale, notamment à travers des interconnexions des réseaux électriques de la Guinée Équatoriale et du Gabon », a indiqué la BDEAC.

Le choix de ces secteurs n’est pas anodin, puis qu’il s’agit pour la BDEAC, d’investir prioritairement dans les secteurs devant favoriser l’amélioration des conditions de vie de la population. Non seulement ces réalisations participent au renforcement de l’intégration régionale à travers des interconnexions entre les pays d’Afrique centrale à l’instar des projets énergétiques et de communication, la création des emplois n’est pas à négliger, en ce sens qu’elle participe de l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables.

En dépit d’une situation économique difficile qui a amené le Fonds monétaire international (FMI) lors du se son dernier Conseil d’administration le 18 décembre 2019 consacrée à la CEMAC demandant à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) de geler son concours financier à la BDEAC, cette dernière n’entend pas se départir de ses principales missions, notamment le financement des infrastructures dans les pays de la sous-région.

Accueil

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici