La part du gaz naturel dans le bouquet énergétique africain passera de 5% à 25%, d’ici 2040 (AIE)

(Agence Ecofin) – Selon les perspectives énergétiques de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la part du gaz naturel dans le bouquet énergétique du continent africain passera de 5% actuellement à 25 %, d’ici les 20 prochaines années.

Le continent deviendra alors un acteur majeur sur les marchés du gaz naturel, en tant que producteur, consommateur et exportateur, avec une production qui devrait déjà plus que doubler avant l’échéance.

Cette embellie de la production sera portée par le Mozambique, la Tanzanie, la Mauritanie, le Sénégal, l’Egypte ou encore l’Afrique du Sud. A eux seuls, ces pays représentent 40% des découvertes majeures de gaz enregistrées entre 2011 et 2018.

« Cette évolution pourrait s’inscrire dans la droite ligne de la croissance industrielle de l’Afrique et de son besoin d’un approvisionnement fiable en électricité. L’Afrique connaîtra une augmentation considérable de sa population et une industrialisation rapide de ses économies, qui vont s’accélérer dans les décennies à venir », a-t-on lu dans le rapport.

Toutefois, l’Agence s’inquiète de l’évolution de l’infrastructure gazière qui constituera un défi majeur pour la réalisation de ces perspectives. Si les efforts fournis dans l’amont sont louables, ceux visant à réaliser et améliorer les infrastructures restent mitigés, ajoute le document.

Pour ce qui est du pétrole, l’AIE pense que sa production sur le continent plafonnera au cours des deux prochaines décennies, en raison de la préférence pour le gaz qui sera plus abordable. Ainsi, la production de pétrole atteindra 8,4 millions de barils par jour, contre 8,2 millions en 2018.

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Défiler vers le haut