Portant sur une superficie de 1 300 hectares, le projet profitera à quelque 1 200 agriculteurs et permettra la valorisation des eaux d’irrigation du barrage Moulay Abderrahmane inauguré ce 16 janvier, ainsi que l’intensification de la production agricole de près de 125 %.

Le nouveau barrage Moulay Abderrahmane sur l’oued Ksob a été inauguré par le souverain marocain, ce 16 janvier, dans la province d’Essaouira (sud-ouest), pour une enveloppe budgétaire globale de 920 millions de dirhams (86,3 millions d’euros). Le roi Mohammed VI a également procédé au lancement du projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre Ksob, à l’aval du nouveau barrage, pour un investissement de l’ordre de 238 millions de dirhams (22,3 millions d’euros) ; de projets d’eau potable avec la réalisation d’une station de traitement des eaux du barrage et la pose de conduites d’adduction de ses eaux pour une enveloppe de 135 millions de dirhams (12,6 millions d’euros), et un projet de renforcement de l’accès à l’eau potable en milieu rural d’un montant de 192 millions de dirhams (18 millions d’euros).

Avec une capacité de stockage de 65 millions m3, le barrage Moulay Abderrahmane bénéficiera à une région dont l’économie est principalement basée sur l’agriculture, l’élevage et l’artisanat. Cette nouvelle infrastructure porte ainsi à six le nombre des grands barrages existant au niveau du bassin hydraulique du Tensift (centre, 4,5 % du territoire national).

Améliorer la valeur ajoutée de la production agricole
Pour tirer pleinement et durablement profit des avantages apportés par le nouveau barrage, un projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre Ksob a été mis en œuvre et bénéficiera à 1 207 agriculteurs des communes rurales avoisinantes.

Ce projet, qui porte sur une superficie de 1 300 ha, vise également la valorisation des eaux d’irrigation régularisées par le barrage Moulay Abderrahmane, l’intensification de la production agricole de près de 125 %, notamment pour les filières des céréales, de l’arboriculture (olivier, grenadier, figuier), du maraîchage et des cultures fourragères, ainsi qu’une amélioration de la valeur ajoutée de la production agricole de 4 400 DH/ha à 25 000 DH/ha par an.

Le projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre Ksob consiste en la mise en place d’un canal principal d’adduction (12 km), l’aménagement du réseau d’irrigation secondaire et tertiaire (48 km), la réalisation de points collectifs et individuels de prise d’eau et de stations d’épuration, et l’accompagnement technique des agriculteurs.

https://afrique.latribune.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Entrez Captcha ici : *

Reload Image