Sécurité maritime dans le Golfe de Guinée : 19 pays côtiers de la CEDEAO en conclave à Dakar

Dakar accueille les 9 et 10 avril une réunion internationale sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée. GoGIN, un projet de l’UE qui appuie 27 centres maritimes dans la région. La sécurité et la sûreté maritimes sont au centre des discussions du comité consultatif du réseau inter-régional pour le Golfe de Guinée (projet GoGIN) qui regroupe 19 pays côtiers de la CEDEAO.

M. Bertrand Démet, coordonnateur du projet GoGIN, avance : « Le projet GoGIN, c’est le renforcement de la sécurité et la sureté maritime du Golfe de Guinée dans le but de développer l’économie bleue pour le développement économique. Ce projet est un projet européen qui a débuté en 2016, mis en œuvre par expertise France et qui dure 4 ans. Actuellement le projet a 2 ans et il nous reste 2 ans à réaliser. En fait, tout le monde est bien persuadé que l’économie bleue est l’avenir de l’économie mondiale et il y a des zones, il y a une activité économique très importante et le Golfe de Guinée est une zone de trafic avec une importance économique vraiment très primordiale .Il y a des incidents qui menacent la sécurité du trafic maritime dans le Golfe de Guinée, les actes de piraterie. Il y a aussi dans le cadre de l’économie bleue, les aspects de ressources halieutiques, de quoi surveiller l’activité de la pêche de telle manière à préserver les fonds ».
Il estime que le projet a été financé par l’Union européenne et par le royaume du Danemark et à hauteur de 9 milliards d’euros sur 4 ans.
D’après le Capitaine de Vaisseau Oumar Wade, secrétaire général de la Haute Autorité chargée de la Coordination de la Sécurité maritime, de la Sûreté maritime et de la Protection de l’Environnement marin (HASSMAR), les attentes, c’est de savoir la meilleure collaboration entre les différents pays.
Selon M. Wade, dans chaque pays, il y a un impératif de coordination interministérielle, c’est – à –dire la sécurité maritime est un domaine multisectoriel, il y a beaucoup de contrevenants, la pollution de l’environnement, la sécurité aux pêcheurs, la sécurité au transport maritime et enfin la gestion des risques, liée à l’exploitation des activités de la mer.
« Ici dans cette rencontre l’objectif est de nouer, donc d’établir des relations avec nos différents partenaires des autres pays parce que le domaine maritime est un domaine qui est partagé, qui est partagé, transnational avec des pays voisins, la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, la Mauritanie. Donc, cette nécessité de coopérer sur le plan international, sous régionale, justifie cette rencontre. Aujourd’hui, il y a les 19 pays du Golfe de Guinée qui sont invités ensuite les pays GoGin, qui est un projet européen. Maintenant dans les 19 pays, il y a 27 centres et c’est les 19 centres pour les 19 pays. La sécurité maritime du Sénégal dépend de notre capacité à travailler avec les pays voisins », souligne Capitaine de Vaisseau Wade.
Rappelons que le projet européen GoGIN (Réseau Inter-régional pour le Golfe de Guinée) a pour objectif de contribuer à la sécurité et sûreté maritimes dans le Golfe de Guinée afin de favoriser l’économie bleue et le développement économique des pays. Afin d’atteindre son objectif, le projet fournit un soutien technique aux structures nationales en charge de la lutte contre les activités maritimes illicites, l’assistance aux bateaux et aux personnes et la lutte contre la pollution ainsi qu’aux structures transnationales de l’architecture de Yaoundé, conformément à leurs rôles et responsabilités. Il s’agit d’un programme de 4 ans doté d’un budget de 9,2 M€ financé par l’Union européenne et par le gouvernement du Danemark et mis en œuvre par Expertise France. GoGIN fait partie du Programme Routes maritimes critiques, initié et financé par la Commission européenne.
M/DIA

Articles similaires

Leave a Reply

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Défiler vers le haut